Saint Josémaria Textes du jour

“Tu n'aimeras jamais assez”

Tu auras beau aimer beaucoup, tu n'aimeras jamais assez. Le coefficient de dilatation du cœur humain est énorme. Lorsqu'il aime, il s'élargit dans un crescendo d'affection qui surmonte tous les obstacles. Si tu aimes le Seigneur, il n'y aura pas une seule créature qui ne puisse trouver refuge dans ton cœur. (Chemin de Croix, 8e station, 5)

Voyez maintenant le Maître, réuni avec ses disciples dans l'intimité du Cénacle. A l'approche du moment de la Passion, le cœur du Christ, entouré de ceux qu'Il aime, brûle d'un feu ineffable: Je vous donne un commandement nouveau, leur dit-Il, aimez-vous les uns les autres; oui comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci, tous vous reconnaîtront pour mes disciples. A cet amour que vous aurez les uns pour les autres. (Jn 13, 34–35.) (...).

Seigneur, pourquoi appelles-tu nouveau ce commandement ? Comme nous venons de l'entendre, l'amour envers le prochain était déjà prescrit dans l'Ancien Testament. Et vous vous souviendrez aussi que Jésus, juste au début de sa vie publique, élargit cette exigence : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi . Eh bien, moi je vous dis: aimez vos ennemis, faites le bien à ceux qui vous détestent et priez pour ceux qui vous persécutent et vous calomnient.

Seigneur, permets-nous d'insister: pourquoi continues-tu d'appeler nouveau ce précepte ? Cette nuit-là, quelques heures avant de t'immoler sur la Croix, au cours d'une conversation intime avec ceux qui, malgré leurs faiblesses et leurs misères personnelles, semblables aux nôtres, t'ont accompagné jusqu'à Jérusalem, Tu nous as révélé la mesure insoupçonnée de la charité : comme je vous ai aimés. Comment les Apôtres ne t'auraient-ils pas compris, eux, les témoins de ton amour insondable !

Si nous professons cette même foi, si nous avons vraiment le désir de mettre nos pas dans les traces nettes et pures que Jésus a laissées sur la terre, nous ne devons pas nous contenter d'éviter à nos proches le mal que nous ne voulons pas pour nous-mêmes. C'est déjà beaucoup, mais c'est très peu si nous avons compris que la mesure de notre amour doit être dictée par le comportement de Jésus. Il ne nous propose pas cette norme de conduite comme un but lointain, comme le couronnement d'une vie entière de lutte. C'est, ce doit être — et j'insiste, pour que cela t'amène à prendre des résolutions concrètes — un point de départ. En effet, le Seigneur en fait un signe préalable: En ceci, ils vous reconnaîtront pour mes disciples. (Amis de Dieu, nos 222-223)