Etre bonne étudiante pour mieux servir : « MENTION BIEN! » Au Centre Culturel Okassou

« Mention Bien! » Dénomination ambitieuse pour un programme de préparation à l’examen du baccalauréat. Tout aussi ambitieux que l’idéal de la perfection chrétienne !

Côte d'Ivoire
Opus Dei - Etre bonne étudiante pour mieux servir : « MENTION BIEN! » Au Centre Culturel Okassou

Le rêve est permis et quand il est noble et s’appuie pour sa réalisation, sur des fondements solides, il ne serait pas surprenant que se réalise cette phrase de Saint Josemaría Escrivá : Rêvez et la réalité dépassera vos rêves !!!

En classe de Seconde et de Première, Larissa a participé au concours de littérature organisé au Centre Culturel Okassou, de la ville de Yamoussoukro. Elle a si bien mis en valeur la formation reçue qu’elle a invité d’autres amies au concours. Pour l’aider, ainsi que ses amies, à obtenir le Baccalauréat avec une bonne mention, Okassou a organisé l’activité dénommée « Mention Bien », qui devait être plus qu’un programme d’étude. Ainsi, à travers des cours de renforcement des capacités scolaires, des séances de formation humaine et chrétienne, à travers des sessions d’aide à des enfants défavorisés du village de Djahakro, ou par des visites aux malades dans les hôpitaux, s’est construit le rêve ambitieux de transmettre à des jeunes filles de 15 à 17 ans l’idéal de l’excellence dans les études, non pour la gloriole mais pour servir la société, pour transformer le monde en apprenant à sanctifier leur travail.

Etude, conseils, visites aux malades, encouragements, coaching ! Tels sont donc les ingrédients pour donner à « Mention Bien » tout son attrait ; en définitive : donner beaucoup de son temps et ‘’un peu ‘’ sa vie… Les rencontres ont lieu les mercredis après-midi si possible et la journée du samedi et du dimanche.

Découvrons « Mention Bien » à travers le témoignage des participantes : que représente le programme « Mention Bien » pour Larissa, Edwige, Reine, Julienne, Eudoxie, Mélika, Ange, et Désirée ? …et qu’ont-elles appris ?

Dans le jardin d'Okassou: Ange, Mélika, Espérance, Ruth, Fleur


Eudoxie

« Le programme « Mention Bien » représente pour moi un moyen d'améliorer dans les études en terme de qualité du travail et aussi sur le plan des vertus : en fait, « Mention à l'école et dans la vie ». La réussite scolaire serait incomplète si elle ne s’accompagnait d’une amélioration dans tous les autres domaines de la vie. A « Mention Bien », l’objectif était clair dès le début : aspirer à la vraie « Mention Bien » dans la construction et la réalisation de sa vie terrestre, vouloir être saint. C’est facile à dire, mais dans la pratique bien plus difficile. Au moins, nous avons entrepris le chemin, dans l’espoir d’y arriver…

J’ai appris à faire plus d'efforts, à mieux m'organiser c'est-à-dire à me conformer à un emploi du temps personnel, à être constante dans le travail, et à prier assez régulièrement. J’ai aussi appris à ne pas me décourager devant un échec, et à essayer d'accepter la volonté de Dieu ; dans ces cas, je faisais mienne une courte prière apprise de Saint Josemaría Escrivá : « Tu le veux Seigneur ? …. Moi aussi je le veux » (Chemin, n. 762).

J’ai beaucoup apprécié tout au long du programme, l'aide des encadreuses, les échanges lors des repas à table, et l'entraide entre les participantes ; nous avons gardé un beau lien d'amitié et nous nous revoyons autant que possible.

Il faut cependant reconnaître que je désapprouvais d’étudier à 14h à cause du sommeil. Mais là également, j’ai appris à mettre en œuvre tous les moyens à ma portée pour mettre à profit les premières heures de l’après-midi : marcher, converser, adopter les postures les moins commodes…et l’on se remet très vite d’aplomb !

Les enseignements et les brefs moments d’oraison mentale facilités par la prédication, m'ont beaucoup aidée, notamment dans ma vie spirituelle et dans mes relations avec les autres. En plus d’être pour moi un moyen d'atteindre mes objectifs par l’acquisition de bonnes méthodes d'études, j'ai appris au cours du programme « Mention Bien », le sens du travail, de la ponctualité et de la solidarité. J’ai aimé l'entente et l'esprit de partage qui s’est instauré entre nous. »

Larissa

« Le programme d’étude est arrivé alors que je traversais une période vraiment difficile. Je ne me sentais pas prête à affronter les examens. J’ai été beaucoup marquée par l’aide que j’ai reçue pour affronter ces difficultés, pour retrouver la confiance en moi, pour vaincre le stress… « Mention Bien » m’a permis de cultiver la patience et m’a rapprochée davantage de ma famille et de mes amis, en me rendant plus ouverte aux autres ».

Julienne

« Je dois dire que les efforts continuels consentis n’ont pas été sans succès. L’impact sur les études a été manifeste. Tout d’abord, de bonnes moyennes trimestrielles puis à l’examen la « Mention Bien » tant convoitée : Aujourd'hui, je suis à l'INP-HB de Yamoussoukro grâce en grande partie au travail accompli dans ce programme.

« Mention Bien » a été aussi pour moi un moyen d'améliorer ma vie chrétienne car j'ai découvert l'esprit de l'Opus Dei. J’ai appris à aider et à prier pour les autres en faisant bien mes exercices, et à être plus serviable. J’ai appris à prier régulièrement pour ma famille ».

Reine

« J’ai appris à travailler avec un objectif bien précis, à vaincre la paresse, à être ponctuelle. J’ai appris l’amour du travail, de l’excellence dans tout et bien d’autres choses. Sur tous les plans ce programme m’a aidé : au plan scolaire, au plan social et aussi au plan spirituel ».

Ange

« Je suis devenue plus attentive aux autres. J’ai appris, à écouter et à accepter des opinions divergentes des miennes. J’ai aussi appris à bien utiliser mon temps. Les moments de préparation du repas où chacune donne un coup de main, puis le repas à table et ensuite les réunions me plaisent particulièrement. Lors des réunions après le déjeuner, nous regardons des films ou des documentaires culturels ou historiques qui nous découvrent des espaces géographiques différents du nôtre, qui accroissent notre culture générale et religieuse ou éveillent notre sensibilité aux besoins des autres ; nous apprenons des chansons en anglais (pour Noël, des chants spécifiques), ou nous jouons tout simplement pour nous divertir à des jeux d’enfance : « un éléphant qui se balance », « sur une toile, toile, toile d’araignée… » . Nous avons connu à travers les réunions, Saint Josemaría Escrivá, le bienheureux Alvaro et précédent Prélat de l’Opus Dei, Mgr Javier Echevarria…

En somme, nous apprenons en nous reposant ! ».

Désirée

« Moi, j’ai surtout appris à manger à table et bien d’autres attitudes du savoir-vivre ! Bien entendu, tout cela, en marge des méthodes d’études et de la formation chrétienne. J’essaie d’étudier au jour le jour sans vraiment y arriver totalement ! Mais je dois reconnaître que « Mention Bien » est un moyen d’améliorer ma méthode de travail et bien plus, ma relation avec les autres et avec Dieu ».

Mélika

Salle d'étude: Mélika, Fleur, Ruth

(photo jointe) 12

« J’ai appris à partager avec les autres. J’étais plutôt renfermée et je suis devenue plus ouverte. J’aime bien expliquer à mes cadettes du lycée, leurs exercices et les aider dans les matières que je comprends le mieux. A l’heure de l’étude, plusieurs élèves des classes de Seconde ou Première viennent à moi et je suis contente de les aider même si j’ai aussi beaucoup de choses à étudier. A Okassou j’ai découvert un environnement propice à l’étude où j’apprends à concilier travail et prière. J’ai appris à prier en tout lieu, à offrir mon travail, à faire de mes heures d’études des heures de prière en m’y appliquant. J’ai encore besoin que l’on m’aide de temps en temps à avoir la posture adéquate, à ne pas me distraire mais je lutte aussi beaucoup et mes progrès sont notables, vu l’impact positif sur mes résultats du trimestre. J’ai beaucoup de joie que je veux partager avec mes proches. Et je ne manque pas l’occasion de faire de l’apostolat. Pendant les congés de Noël, rentrée en famille une dizaine de jours, j’ai pu me réjouir de l’apostolat que je faisais auprès de ma famille et de mes amis. J’ai apprécié davantage l’invitation de ma maman à aller prier au sanctuaire marial. J’y ai prié entre autres, pour notre employée de maison car je voulais qu’elle soit heureuse et je me suis réjouie de la voir contente tout le temps que j’ai passé à la maison. J’essaie d’aider les autres autour de moi à être contents, et pour cela j’essaie surtout de les approcher de Dieu ».

Edwige

« Je n’ai pas débuté le programme. J’y ai été insérée de façon quelque peu fortuite, parce qu’une de mes amies y allait et j’ai commencé à y aller avec elle. J’ai alors appris à travailler non pour moi seulement et pour la joie de mes parents, mais aussi pour faire plaisir à Dieu. Fréquenter le Centre Okassou m’a donc aidée à prendre conscience de ma condition de baptisée. J’ai pu comprendre que la sainteté n’était pas une folie, quelque chose d’impossible et qu’il fallait faire des efforts chaque jour de notre vie pour l’atteindre malgré les difficultés. La formation chrétienne reçue à travers les méditations, les cercles, m’ont beaucoup aidée à garder les pieds sur terre si bien qu’une fois à Abidjan j’ai voulu continuer cette formation en me rendant au Centre Marahoué. Je partage maintenant ce que j’ai reçu aussi bien à Okassou qu’à Marahoué, et par ailleurs, j’ai commencé à enseigner la catéchèse à d’autres étudiantes ».

Le travail en équipe

Après ces différents témoignages, Sandrine, l’une des principales encadreuses chargées du coaching, ajoute : ‟ autant que possible, nous essayons de suivre individuellement chacune des participantes - tant qu’elles ne sont pas trop nombreuses - afin de leur faire connaître aussi bien leurs points positifs que les aspects à améliorer, et pouvoir efficacement les aider. Tout en leur donnant ce que nous pouvons, nous recevons d’elles, car nous apprenons beaucoup à travers leurs vertus et elles nous aident surtout à être patientes, en sachant nous adapter à la manière d’être de chacune. Notre grand souhait est le suivant : A chaque promotion de l’année scolaire et universitaire, sa « Mention bien » !”

Une matinée d'étude sous l'apatam